Table Pique Auto Pliante Camping HUOde Conduite Nique zGMpqSUV
ravir

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

ravir

(ra-vir) v. a.
Transat de Transat Vente de pas jardin cher Achat jardin iuPkZX enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu

HISTORIQUE

XIIe s. Penre disons nos à la fois [parfois] por tolir, dont cil oiseal [ces oiseaux] ki les altres ravissent ont non, solunc lo latin, prendeor, Job, p. 507. Sez-tu que nostre sires ravirat tun seignur à cest jur de vie ? Rois, p. 347. enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu Cume urs à ki sunt raviz si ursetel [oursons], ib. 181.

XIIIe s. Seignor, oï avez maint conte, Que maint conteres vos aconte, Coment Paris ravi Helayne enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu, Ren. 3. Soustrere c'est tolir. …ausit com se aucuns ravisoit aucun par force, et le destorbast qu'il ne venist à jor, Liv. de just. 86. Et en tel maniere [les autours] les entrelaissent [leurs petits] à norrir, porce qu'il apraignent à ravir, Latini, Trésor, p. 197. Dieux ravi la moie ame d'emmi les chaiaus [les petits] des lions, Psautier, f° 67. Il laissent les chevax ravir [courir impetueusement], Si se vont fort entreferir enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu, Partonop. ms. de St-Germ. f° 170, dans LACURNE. Tant ai dedans mon cuer de joie, Qu'il est touz en deduit ravis, Jubinal, t. II, p. 191. Sa parole est prophecie, S'ele rit, c'est compaignie ; S'ele pleure, devocion ; S'ele dort, ele est ravie ; S'ele songe, c'est vision, Rutebeuf, 187.

enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu

XIVe s. Les tirans qui par violence desolent et gastent les cités, et qui ravissent et pillent les choses saintes ordenées pour le divin honneur, Oresme, Eth. 111.enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu Vous maintenez que les esbas Et les deduis et les soulas, Qui par l'ueil au cuer sont ravis [portés], Sont plus plaisans, à vostre advis, Que ceulx qu'on reçoit par l'oÿe, Modus, f° CIX.

XVe s. D'eulx regarder [je] fu de joye ravis, Deschamps, Poésies mss. f° 219. Avoit son amour en icelle si profondement mis, que bien souvent il apparoissoit comme ravy, Perceforest, t. VI, f° 33.

enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu

XVIeenfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu s. Nul n'a voulu estre ainsi nommé, nul ne s'est ravi ce nom temeraire, Calvin, Instit. 899. Un prebstre qui ravissoit son ame en telle extase. que…, Montaigne enfantLa Fauteuilsiège Fauteuilsiège Fauteuilsiège Redoute enfantLa Redoute kwTiOPXlZu, I, 93. Sa facilité et ses inventions [d'Ovide] m'ont ravi aultrefois, Montaigne, II, 101. Si fut le peuple espandu tout à l'environ ravy d'esbahissement, Amyot, Pomp. 32.

ÉTYMOLOGIE

Wallon, rây, raûy ; poitevin, ripir ; ital. rapire ; du lat. rapere, par changement de conjugaison. Rapere, est pour harpere ; comparez ἁρπάζω, sanscr. har, porter, prendre. Ravir s'est dit pour gravir (XVe s. : Ravir aux murs par crocs de fer, Hist. de Loys 3 de Bourbon, p. 106, dans LACURNE) ; mais en ce sens c'est une autre forme de gravir.